Etre une maman polypathologique chronique

Publié le par Melodie Desjours

Etre une maman polypathologique chronique :

> c'est angoisser à chaque symptôme pouvant évoquer une de mes maladies chez le Lutin

> c'est subir les réflexions des gens qui n'hésitent pas à s'offusquer du fait que j'ai osé concevoir un enfant alors que je suis malade

> c'est devoir expliquer à ces mêmes gens que mon fils n'a que 0.04 % de risque de plus que leurs enfants de déclarer une de mes maladies

> c'est devoir expliquer la différence entre génétique et héréditaire à des gens qui, parfois sont dédaigneux et pensent savoir mieux que moi

> c'est avoir du mal à prendre du recul sur toutes ces réflexions et tous ces symptômes

> c'est ne pas réussir à mettre en sourdine ma propre histoire de malade quand il s'agit de soigner le Lutin

> c'est demander à notre médecin généraliste s'il est sûr que c'est une gastro et pas Crohn et lui demander de prendre rendez-vous chez un gastro-pédiatre au cas où

> c'est prendre du Lexomil quand l'angoisse est trop forte

> c'est hésiter à concevoir un deuxième enfant tant la pression est trop lourde

> c'est de me demander quel sera l'avenir du Lutin, angoisser qu'il déclare les mêmes pathologies que moi, qu'il subisse le même calvaire

> c'est avoir des amies réconfortantes qui me font relativiser en me disant que 0.04% c'est infime et que ces maladies peuvent toucher tout le monde

> c'est se dire plusieurs fois par jour que ce Lutin est un miracle au vu de mon parcours quand on sait que dix ans durant j'ai entendu les médecins me dire qu'il fallait faire le deuil de la maternité

> c'est m'entendre dire qu'il est nécessaire de lâcher prise et faire un travail sur moi même en ce sens...

#lesdesjoursàlapoursuitedubonheur

Commenter cet article

Didi 17/06/2016 16:30

pour autant que ça puisse aider: tu es déjà forte même si tu n'y crois pas forcément. Les gens auront toujours des choses à dire peu importe la situation, l'important c'est que ta famille et toi soyez heureux, le reste a sa place aux oubliettes. courage ma belle. des bises